Ces demoiselles de Bath, tome 4 : Au mépris des convenances

Bath 4

Directrice de l’école de Bath, Claudia n’aime guère les aristocrates qu’elle juge arrogants et égoïstes. Mais le marquis n’a rien d’un snob. Et surtout, il y a Lizzie, sa fille de onze ans. Une petite bâtarde aveugle dont la mère est morte. Troublée par le charme de cet homme, soucieux de l’avenir de sa fille, car il va épouser la belle Portia, Claudia accède à sa requête. Bien sûr, l’institutrice aux valeurs strictes qu’elle est ne saurait s’abandonner à des espoirs chimériques. Pourtant la femme qui doucement s’éveille en elle ne peut s’empêcher de rêver.
(Source : http://www.amazon.fr)

Dernier opus de la série Ces demoiselles de Bath, ce tome s’intéresse à la directrice du pensionnat : la sévère Melle Martin.

Claudia n’est plus de la première jeunesse. A l’âge de 35 ans elle est décidée à consacrer sa vie à ses élèves et à ses pupilles, n’envisageant pas de se marier un jour. Sa vie va se trouver bouleversée le jour où elle rencontre Joseph, Marquis d’Attinsborough, futur duc, venu lui porter une lettre de son amie Susanna.

On a déjà rencontré Joseph lors du tome 0 de la saga des Bedwyn. Il est le cousin au nom imprononçable qui m’avait bien plu à ce moment là.

Apprenant que Claudia se rend à Londres avec deux de ses pupilles, il se propose de l’accompagner dans sa voiture. Au fil du voyage, il va se créer quelque chose entre ces deux personnes que tout oppose, une sorte d’amitié particulière sachant que Claudia déteste tout ce qui est titré, les ducs plus particulièrement (on saura d’ailleurs pourquoi au cours du livre).

J’ai un peu moins aimé ce quatrième tome. Pourtant, autant Joseph que Claudia sont attachants, sans parler de tous les personnages secondaires qui se bousculent autour d’eux, à commencer par les trois amies de Claudia ainsi que tous ceux qu’on a pu rencontrer dans les tomes des Demoiselles de Bath ou des Bedwyn. Je ne ferais pas le compte, je risquerai d’en oublier en route.

On retrouve notamment Portia, la jeune femme délaissée par Lucius au cours du premier tome. Déjà à l’époque je ne l’avais pas aimée. Et je ne l’aime toujours pas ! Heureusement que nos héroines ont plus de caractère !

Une fois de plus, tout est réuni dans ce tome pour me faire le dévorer. Des personnages à foison, une institutrice sévère qui s’adoucit au contact d’un gentilhomme très charmant, des femmes de caractère et des cicatrices du passé que l’amour cicatrise doucement.

C’est avec un peu de regret que j’ai terminé ce quatrième tome, bouclant ainsi la série des Demoiselles de Bath, que j’espère recroiser par la suite …

4 coeurs

Publicités
Catégories : Ces demoiselles de Bath | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :