La fraternité royale, tome 1 : L’héritier débauché

la fraternité royale 1

Lorsque Alexandre Black revient du Portugal pour prendre possession de son héritage, le duché d’Iversley est en ruine. Le mari de sa mère a dilapidé la fortune familiale pour se venger d’avoir été trompé. Car Alexandre est en réalité l’un des fils illégitimes du prince de Galles. Pour l’aider à trouver une riche héritière, il réunit ses demi-frères. Quoique réticents, ils lui suggèrent Katherine Merivale. Dès leur première rencontre, le nouveau duc d’Iversley est fasciné par la jeune femme, mais elle ne rêve que d’un mariage d’amour et Alexandre, débauché notoire, ne lui semble pas le candidat idéal.
(Source : http://www.amazon.fr)

Reprenant depuis la semaine dernière les transports en commun, ça ne me donne que plus de temps pour lire à nouveau….

Et j’ai commencé cette nouvelle année avec une nouvelle série de romance historique : La Fraternité Royale. A la base de cette série, trois demi-frères dont le géniteur n’est autre que Prinny, Prince de Galles connu pour ses nombreux batards, et notamment ces trois là : Alexandre, Comte d’Iversley (que personne ne soupçonne d’ailleurs d’être un fils illégitime), Lord Drakey dont la réputation est celle d’un homme impressionant et retiré, et enfin Gavin Byrne, propriétaire d’un club de jeux.

Le premier tome se base sur Alexandre, qui revient en Angleterre de nombreuses années après en avoir été plus ou moins chassé par son « père ». Seulement, à son retour, après le décès de son géniteur supposé, il découvre que ses caisses sont vides. Sa seule façon de permettre à son domaine de ne pas « faire faillite » est d’épouser une riche héritière. Et son choix va se porter sur Katherine Merivale, qui n’héritera de son grand-père que le jour de son mariage.

Le seul soucis, c’est que la jeune femme est presque fiancée à Lord Sidney Lovelace qui ne semble juste pas décidé à demandé la demoiselle en mariage, malgré l’affection qui les lie tous les deux depuis de nombreuses années. Et Alexandre va arriver entre eux comme un jeune chiot dans un jeu de quilles, perturbant toutes les certitudes de la jeune femme ….

Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié ce premier tome. Alexandre est canaille à souhaits : séducteur, on sent qu’il s’attache très vite à la jeune femme et que son but n’est pas seulement d’épouser une fortune. Il veut aussi, et surtout, la jeune femme dont le tempérament de feu le fait sourire. Katherine est assez naïve et j’aurais voulu plus d’une fois la secouer. Sous prétexte d’avoir trouvé un livre dans le bureau de son père décrivant le comportement des séducteurs, elle est persuadée de tout savoir, ne laissant aucune chance au pauvre Comte. Il va alors lui proposé un « jeu » : le laisser la courtiser afin de rendre Sir Sidney jaloux et ainsi l’inciter à demander sa main.

L’intrigue est, il est vrai, simple et connue. Néanmoins l’auteur s’en sort à merveilles. Ce livre est très frais et ne pâlit pas de la comparaison avec ceux qui ont la même trame. Et je trouve cette idée de fraternité des Batards royaux plutôt originales.

Au final j’ai passé un très bon moment avec ce livre et lirai sans soucis la suite.

4 coeurs

Publicités
Catégories : La fraternité royale | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :